Monsieur Daniel CATTIN - François Piednoir - LR 01/2006

Daniel CATTIN a 57 ans. Après une fonnation en mécanique générale, il travaille pendant 17 ans en entreprise comme tourneur et outilleur. Puis il rejoint son père dans sa boutique
de cycles, ouverte en 1956 à Crolles, au cœur de la vallée du Grésivaudan. La maison ne vend alors que des vélos de série.
En 1973, Daniel adhère aux Cyclotouristes Grenoblois et, depuis, pratique régulièrement, sur route ou hors goudron. En 1983, il commence à fabriquer lui-même des cadres, faisant la synthèse de son savoir professionnel et de son expérience cycliste. C'est d'emblée du vrai sur mesure.
Écoutons-le:
«Le véritable sur-mesure, c'est le bon positionnement des 3 points d'appui (selle, cintre et leviers, pédales). Cette position va définir les cotes géométriques du cadre. C'est la machine qui doit s'adapter au cycliste et non l'inverse!
Le bon positionnement et l'ergonomie des 3 points d'appui doit être la qualité première d'un vélo réussi, assurant confort, rendement, maniabilité et sécurité. »

La détermination des mesures
La réalisation d'un vélo ou d'un simple cadre commence par une rencontre obligatoire du client. Daniel cherche à savoir ce qu'il veut. Quelques mesures biométriques sont prises sur un appareil ad hoc: entrejambe, taille, longueur des différents segments... Daniel utilise alors des « cœfficients multiplicateurs personnels et manuels» et prépare un gabarit entière-ment réglable, y compris la longueur des manivelles, avec les trois points d'appui choisis pour le vélo. Puis le client est invité à monter sur ce gabarit et à pédaler pendant un quart d'heure à une heure, sous le regard attentif du maître.

« Une seule règle : pas de contraintes. Le cycliste doit être souple, à l'aise, ressentir un vrai confort. » Au fur et à me-sure de son test, Daniel modifie tel ou tel réglage du gabarit jusqu'à ce que le résultat soit jugé par tous satisfaisant. C'est un moment essentiel, qui nécessite une grande attention, un grand savoir faire, une grande rigueur : « La position sur le vélo est un problème complexe dans lequel tout se tient ». J'ai été épaté par l'acuité du regard de Daniel et la pertinence de ses analyses biomécaniques.
La réalisation du cadre
Les cotes ainsi déterminées sont relevées, et reportées, pour ce qui concerne le cadre, sur le marbre de fabrication. Tout le travail de Daniel est précis et pragmatique à la fois. Ce ne sont qu'astuces personnelles, savoir-faire, art. Merveille de simplicité et d'intelligence pratique.

 

Les pièces du cadre sont soudées l'une après l'autre, à l'argent pour les pattes et la boite de pédalier, au laiton et au nickel pour les autres soudures ou brasures.


 

Daniel utilise des séries de tube en acier de chez Dedacciai ou Reynolds. Il est possible de monter une fourche en carbone sur certains cadres (ça dépend des cotes et de l'utilisation) et de profiter ainsi de certaines qualités spécifiques au carbone (légèreté, confort...). Il peut être également possible de mon-ter un triangle arrière en carbone.

Le cadre est ensuite poli dans l'atelier, à la main, les soudures sont parfaites. Il passe dans un bain spécial pour le protéger de la rouille. La peinture est sous-traitée. Après peinture, une cire de protection des corps creux, anti-oxydante, est introduite à l'intérieur des tubes. A mon avis, les cadres de Daniel CATTIN sont beaux. Ils sont quelquefois pimpants, ou plus sobres, voire austères. C'est du bon boulot. Pour avoir pas mal roulé " sur un CATTIN " en cyclo-muletier, je peux aussi affirmer que c'est du vrai sur-mesure qui vous va comme un gant.

Les accessoires
Pour le grand raid, Daniel conseille Shimano pour son uni-versalité et son ubiquité. Je crois que le vélo de grand raid est ce qu'il préfère réaliser. Sur une randonneuse légère, il juge que le matériel Campagnolo est aussi bien adapté. Pour une personne qui nécessite des manivelles de moins de 170 mm, il propose les produits de Spécialités TA.
En matière d'accessoires et d'équipements, la maison CAT-TIN est exigeante et n'est pas langue de bois. Elle n'hésite pas à s'approvisionner là où ça lui paraît le mieux, et à intervenir auprès des accessoiristes pour leur faire modifier ou créer telle ou telle pièce. Rappelez-vous le cintre en aile de papillon. Deux autres exemples :
Daniel CA TTIN est le seul à proposer, en France, les excel-lents pneus Continental Sport contact en 26*1.6 et 26*1.3. Il n'utilise plus que les jantes Velocity, une marque américaine (velocityusa.com). Les idées fusent, prenant le pas sur la critique des accessoiristes.
Daniel CATTIN est un vrai artisan. Il a l'air fier et heureux de son métier. Son magasin n'est ouvert que trois après-midi par semaine, mercredi, jeudi et vendredi, de 14 à 19 heures. Mais on peut aussi le joindre par téléphone pour prendre rendez-vous (au 04 76 08 00 10). Il s'est organisé pour avoir le temps de travailler sur les vélos. A l'évidence, la fabrique et l'atelier l'intéressent plus que le magasin.
Monsieur Daniel CATTIN est un pur, un passionné, plutôt introverti, d'une immense gentillesse. Il a la courtoisie des compétents. C'est un artiste. Dépêchez-vous, il a déjà 57 ans et pense que la retraite lui permettra de réaliser de belles randonnées!

François PIEDNOIR